Maximum,manufacture de mobilier Français. L'avènement du déchet .

© Maximum

© Maximum

© Musca

© Musca

À Ivry avant, de rejoindre les Ateliers Maximum, on traverse un paysage dont la seule fonction parait être celle là, être traversé. Quelques immeubles d’habitat récemment construits, des arbres hirsutes et solitaires, des bâtiments industriels dont on peut douter qu’ils soient occupés, des silhouettes pressées ou errantes.

Une fois la porte franchie on découvre un immense hangar baigné de lumière. Autour de nous des monceaux de bois, d’acier, de plastique , des personnes qui vaquent, et ici et là des indices de la finalité du lieu : des coques du fauteuil Gravêne, des pieds de tables Clavex, la banquette en barrières de sécurité de la future collection.

En ce moment l’atelier oeuvre à la fois à la fabrication du mobilier et à la construction de la future manufacture située à quelques mètres de là. La même logique imprègne ce nouveau projet : la récupération de rebuts industriels dont les qualités déjà existantes (formes, finition, résistance, souplesse, couleurs) sont exploitées. La particularité de Maximum : la quantité, le flux et la qualité des déchets industriels sélectionnés leur permet d’assurer une production pensée dans une démarche elle-même industrielle. L’objectif atteint est de créer une économie viable et permettre des prix abordables. Ou le contraire.

La déchéthèque au fond de l'atelier est un pièce dans laquelle sont entreposées des centaines d’objets épars et très mystérieux pour le commun des mortels. Cet endroit donne un aperçu du travail accompli pour répertorier auprès des industriels toutes les ressources possibles. On y trouve des chutes, pré-séries, ratés, pièces de calage, marges d'erreur, purges, déclassements, excédents... La conception du design et le matériau d’origine sont intimement mêlées. On ne sait plus ce qui amorce, de l’idée ou de la matière.

Ce processus de création exige à la fois la complicité des dirigeants d’entreprises comme celle des techniciens de ces industries qui ont pour les uns cédé les surplus, pour les autres transmis leurs connaissances et leur savoir faire.

La géographie du lieu donne le reflet de ce que Maximum réussit à accomplir. Puiser dans les laisser pour comptes de l’économie actuelle un levier de richesse fertile et abondant.

Constance Lacorne, Musca Paris

Maximum , 7 Rue Marcel Sallnave, 94200 Ivry-sur-Seine

Armand Bernoud, l’un des trois fondateurs de Maximum © Musca

Armand Bernoud, l’un des trois fondateurs de Maximum © Musca

© Maximum

© Maximum

© Musca

© Musca

© Musca

© Musca

© Musca

© Musca