ViensVoirMonTaf, le réseau pour les jeunes sans réseau

Guillaume Perennes, chargé de mission , Claire Mesguish, directrice artistique bénévole, qui porte le  Ttshirt Musca La Vague , et Mélanie Taravant, l'une des fondatrices. © photo : Constance Lacorne

Guillaume Perennes, chargé de mission , Claire Mesguish, directrice artistique bénévole, qui porte le Ttshirt Musca La Vague, et Mélanie Taravant, l'une des fondatrices. © photo : Constance Lacorne

À l’origine de ce projet : Virginie Salmen (journaliste à Europe 1), Mélanie Taravant (journaliste sur France 5) et Gaelle Frilet (professeur d'Anglais).

Après les attentats de Charlie hebdo, plutôt que de théoriser l’incompréhensible, elles décident d’agir . Beaucoup de fractures sont apparues, ces trois femmes font le choix d’aider les enfants qui vivent dans des quartiers difficiles, des quartiers où les perspectives d’avenir professionnel sont limitées, où se sentir Français est moins évident qu’ailleurs.

 

ViensVoirMonTaf est une association qui met en relation les entreprises et les élèves de REP qui cherchent un stage en classe de troisième. Leur outil est une plateforme similaire à celles utilisées pour les recherches d’emploi. Les entreprises y déposent des annonces destinées à des élèves qui n’ont pas de réseau.

© photo : Pauline de Chassey

© photo : Pauline de Chassey

Environ les deux tiers des élèves de REP ont des parents qui sont au chômage ou sont ouvriers, et n'ont pas de relations pour les soutenir dans leurs recherches. Plutôt que de trouver, difficilement, des stages dans une supérette de quartier, ces jeunes élèves peuvent se tourner vers ViensVoirMonTaf qui leur permet de découvrir des métiers, trouver des stages et initier un  premier réseau. Cette expérience professionnelle crée un échange intéressant : des personnes qui ne se seraient pas rencontrées autrement se découvrent, une entreprise ou un professionnel s’enrichit de pouvoir transmettre, l’élève a accès à un univers et un métier qu’il ignorait peut être, ou lui paraissait hors d’atteinte.

En 2015, présente uniquement dans un collège de Romainville ou Gaelle Frilet est professeure, l’association s'est déployée aujourd’hui en province. ViensVoirMonTaf expérimente avec la ville de Manosque la création d’un outil similaire à leur plateforme dans un cadre communal.

De grandes entreprises (telles que Décathlon, Vinci, Transdev, Uber ) ont rejoint l’association et intégré cette action dans leur panel d’activité liées aux RSE (responsabilité sociétale des entreprises). Pour certaines d’entre elles, cet engagement leur permet aussi de se faire connaître auprès de la nouvelle génération. Des entreprises, des PME ou des auto entrepreneurs, des artisans apportent leur appui financier ou postent des annonces. L’association a le soutien de la CGET et est consultée sur la mise en place de cette action dans l’ensemble du territoire. Le projet séduit aussi bien les grandes entreprises que les services publics.

© photo : Pauline de Chassey

© photo : Pauline de Chassey

Si vous souhaitez plus d’informations, un stage, ou poster une annonce le lien vers le site est www.viensvoirmontaf.fr

L’association MosaikRH, sur le même modèle que ViensVoirMonTaf, combat le déterminisme social en proposant des stages aux élèves des classes supérieures ainsi que des emplois à des jeunes issus de la diversité, et réussit à démontrer qu’un travail intéressant n’est pas réservé à l’élite.

 

Constance Lacorne, Musca Paris . Article écrit à partir des propos recueillis auprès de Claire Mesguish, DA bénévole de l'association ViensVoirMonTaf